L’Union européenne et la Communauté du Pacifique apportent leur soutien aux opérations de secours post-catastrophe menées aux Îles Marshall

Majuro

EU-spc-support-disaster-marshall-islandsUn véhicule d’intervention d’urgence et 208 réservoirs d’eau ont été fournis cette semaine aux Îles Marshall dans le cadre des efforts déployés afin de renforcer les services de secours de cette petite nation insulaire océanienne.

Ce geste arrive à point nommé et a pu voir le jour grâce à la contribution du Projet de renforcement de la sécurité et de la résilience dans le Pacifique financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de 19,37 millions d’euros et mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS).

M. Andrew Jacobs, Ambassadeur de l’Union européenne pour le Pacifique, a remis aujourd’hui le véhicule d’intervention d’urgence à l’organisme national chargé de la gestion des catastrophes situé dans la capitale, Majuro. Il se rendra également dans les atolls périphériques des Îles Marshall, notamment à Aur, Tobal et Maloelap, pour constater de visu les activités importantes menées sur le terrain en matière de riposte à la sécheresse ainsi que les projets relatifs à l’énergie solaire mis en place dans ces communautés.

Maloelap fait partie des 14 atolls désormais raccordés à l’électricité produite par 100 installations photovoltaïques individuelles grâce au Projet Énergies renouvelables et efficacité énergétique dans les pays ACP du Pacifique Nord (North-REP) mené en partenariat par l’UE et la CPS.

« S’assurer que les communautés confrontées aux catastrophes naturelles soient résilientes, que ce soit aujourd’hui, face à la période de sécheresse, ou à l’avenir, est une question cruciale en Océanie. C’est pourquoi l’Union européenne s’engage à soutenir des projets qui obtiennent des résultats concrets sur le terrain », a fait remarquer M. Jacobs.

Les 208 réservoirs d’eau en cours d’installation sur les atolls périphériques, notamment à Aur et à Tobal, permettront d’atténuer les effets dévastateurs qu’a eus la sécheresse en 2013 ainsi que l’impact de celle qui s’abat en ce moment sur le pays, et de fournir aux habitants de l’île un accès à l’eau durable.

Suite aux graves effets d’une période de sécheresse prolongée, Mme Hilda Heine, Présidente des Îles Marshall, a déclaré l’état d’urgence, puis l’état de catastrophe naturelle le 3 février 2016.

À la demande des pouvoirs publics des Îles Marshall, la CPS, à la fin du mois de mars, a mobilisé son expérience technique et scientifique dans les secteurs de l’agriculture, de l’eau et de la santé pour en faire profiter cette nation insulaire et pour mener des évaluations visant à recenser les domaines qui, en complément de l’aide fournie en début d’année, nécessitaient davantage de soutien.

Le Directeur général de la Communauté du Pacifique, M. Colin Tukuitonga, a indiqué que la fourniture de ce véhicule et des réservoirs était primordiale pour cette nation insulaire océanienne car ses habitants souffrent actuellement d’une des pires sécheresses de son histoire.

« Il nous incombe d’apporter une assistance aux populations avant, pendant et après une catastrophe naturelle, notamment aux habitants des îles périphériques de pays comme les Îles Marshall où les effets de la sécheresse se font cruellement sentir », a ajouté M. Tukuitonga.

« Nous savons que les aléas naturels et environnementaux représentent de grandes inquiétudes pour la région. Ce travail permettra donc d’aider de manière pérenne et à long terme les communautés sinistrées en vue de préparer au mieux les habitants des Îles Marshall aux catastrophes à venir », a-t-il indiqué.

Contacts médias:
Lisa Kingbserry, Chargée de la communication et des médias, +6799252849, [email protected]
Kasim Mohammed Nazeem, Chargé de l’information, Union européenne, +6798672255 [email protected]

Contexte:
Le Projet de renforcement de la sécurité et de la résilience dans le Pacifique est financé par l’Union européenne à hauteur de 19,37 millions d’euros et mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS). Le projet a pour objet de réduire la vulnérabilité  ainsi que les coûts sociaux, économiques et écologiques des catastrophes dues aux aléas naturels, pour permettre la réalisation des objectifs nationaux et régionaux de développement durable et d’atténuation de la pauvreté dans les États ACP du Pacifique.

0

Auteur