Réouverture du Centre d’aquaculture d’eau douce à Vanuatu

Port-Vila

Le Centre national d’aquaculture d’eau douce gravement endommagé par le passage du cyclone tropical Pam l’année dernière et récemment remis en état a officiellement rouvert le vendredi 8 juillet à Port-Vila.

Le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Biosécurité, de la Pêche et de la Foresterie de Vanuatu, M. Matai Seremaia, le ministre des Infrastructures et des Services d’utilité publique, M. Jotham Napat, le Directeur des pêches, M. Kalo Pakoa, le Directeur par intérim du Bureau national de gestion des catastrophes, M. Peter Korisa, et le Directeur de la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la Communauté du Pacifique, M. Moses Amos, ont participé à la cérémonie.

Dans le cadre d’une convention de subvention signée entre le Centre australien pour la recherche agricole internationale (ACIAR) et la CPS pour la remise en état de la filière des cacaoyers et du secteur de la pêche à Vanuatu, un financement de 35 407 908 vatu a été mis à la disposition du Service des pêches de Vanuatu en vue de reconstruire les écloseries publiques et les fermes aquacoles locales suite aux dégâts causés par le cyclone de catégorie cinq.

« Depuis les destructions causées par le cyclone Pam, une des principales priorités des pouvoirs publics de Vanuatu est d’assurer la sécurité alimentaire de la population. L’aquaculture, notamment l’aquaculture à petite échelle qui concerne les communautés exploitant les ressources dulcicoles à l’intérieur des terres, représente un secteur primaire de production qui contribue de manière significative à assurer les besoins en alimentation », a indiqué M. Amos.

Et d’ajouter : « Le centre remis en état servira également de centre national de stockage des géniteurs pour les espèces aquacoles d’eau douce, comme les crevettes et les tilapias, et offrira un cadre de recherche qui permettra notamment d’étudier les provendes les mieux adaptées aux conditions de Vanuatu. »

Dans le cadre des travaux de remise en état menés au centre du Service des pêches, le bâtiment public de l’écloserie d’espèces dulcicoles qui comprend des bacs d’élevage de poissons, des bureaux et une salle de conférence a été reconstruit.

Les bassins en terre de pisciculture et de crevetticulture ont été réparés et agrandis pour passer d’une taille d’exploitation expérimentale à commerciale. De grands bacs d’élevage ont également été installés en extérieur et serviront de lieux de reproduction et de croissance aux alevins.

La capacité accrue de ce nouveau centre permettra également au Service des pêches de produire en masse des alevins de tilapias et de crevettes dulcicoles qui seront distribués aux éleveurs locaux. Ces derniers les commercialiseront après quatre mois de grossissement.

Les travaux de remise en état de la deuxième écloserie d’espèces dulcicoles, située sur l’île de Santo, se poursuivent avec l’appui de la CPS. Ils coûteront environ 3 millions de vatu et devraient se terminer au mois d’août cette année.

Contacts média :
Jean-Noël Royer, Chargé de communication, [email protected] +687 87 70 63
Robert Jimmy, Conseiller en aquaculture, [email protected]

0
Countries

Auteur