Des femmes occupant des positions importantes à l’échelon local suivent une formation sur les droits de la personne et le leadership

Suva

rrrtEn partenariat avec le ministère fidjien de la Condition féminine, de l’Enfance et de l’Atténuation de la pauvreté, l’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne de la Communauté du Pacifique (CPS) a achevé une formation sur les droits de la personne et le leadership dispensée auprès de 90 femmes occupant des positions importantes à l’échelon local, dans les divisions Centre, Nord, Ouest et, plus récemment, Est du pays.

Ce partenariat visait à créer un cadre d’échange et un environnement favorable en vue de renforcer le rôle des femmes. Cette formation qualifiante doit donner aux femmes les moyens de contribuer et de participer activement au développement, et de profiter de ses retombées. Dans le cadre des ateliers proposés, les participantes ont pu mieux comprendre la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF). La formation visait également à faire en sorte que les femmes contribuent à la formulation des politiques publiques, par le biais de campagnes de plaidoyer et de lobbying sur des sujets qui les touchent directement.

Rosy Sofia Akbar, ministre de la Condition féminine, de l’Enfance et de l’Atténuation de la pauvreté, a indiqué que cette formation allait aider les femmes à mieux impulser des changements au sein de leurs communautés. Elle a également souligné que l’objectif était de pousser ces femmes influentes à l’échelon local à reconnaître leur potentiel et à s’engager en faveur du renforcement des capacités en matière de droits de la personne. C’est par le biais des réunions communautaires et des forums sur le développement que les femmes pourront directement faire entendre leur voix sur des sujets qui les concernent.

Bulou Yavala, Présidente de l’organisation Soqosoqo Vakamarama de Kadavu (Suva), a expliqué que la formation lui avait permis d’élargir sa compréhension des concepts de droits humains et de leadership. « Mon objectif était de mieux comprendre la CEDEF. Maintenant que c’est chose faite, je pourrai communiquer sur des questions intéressant les femmes et défendre leurs intérêts. »

Partageant le même enthousiasme, Nanise Tagivetaua, venue de la division Ouest, s’est dite fermement décidée à défendre les droits des femmes. « Maintenant que j’ai terminé cette formation, j’estime qu’il est de mon devoir de tendre la main aux autres membres de ma communauté, afin de les aider et de les informer sur leurs droits. »

Mereoni Guivalu, de la division Centre, a quant à elle déclaré qu’elle était très heureuse d’avoir suivi cette formation et impatiente de partager ce qu’elle avait appris avec les autres femmes de son village. « Cette expérience m’a ouvert l’esprit, et surtout, je connais et comprends mieux mes droits. » Pour elle, les femmes sont des héroïnes méconnues au sein de leur communauté et ce qu’elles font n’est pas reconnu.

Pour Salote Daugunu, la formation dispensée dans la division Nord était très riche. « Je suis convaincue que ce que j’ai appris au cours de ces trois jours de formation m’a aidé à cerner et à reconnaître les outils et stratégies qui me permettront de m’attaquer véritablement aux problèmes qui se posent au sein de ma communauté. » Elle a en outre ajouté que la traduction concrète de cette formation sera l’obtention de résultats en temps utile.

Le ministère fidjien de la Condition féminine, de l’Enfance et de l’Atténuation de la pauvreté et l’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne de la CPS poursuivront leur collaboration en vue d’assurer le renforcement des capacités des Fidjiennes.

Cette formation sur les droits de la personne et le leadership était financée par les gouvernements fidjien et australien.

Contact médias : Anshoo Mala Chandra, Chargée des relations avec les médias, ministère fidjien de la Condition féminine, de l’Enfance et de l’Atténuation de la pauvreté, (+679) 331 2199 ; portable : 9904055

0

Auteur