Les membres de la Communauté du Pacifique affichent une détermination sans faille

Nouméa

ends_lrÀ une époque où le secteur du développement est confronté à des pressions croissantes en Océanie, la réunion annuelle de l’organe directeur de la Communauté du Pacifique (CPS) s’est conclue sur le vœu commun de peaufiner les activités menées par l’Organisation dans les domaines scientifiques et techniques.

« Nous disposons désormais des outils dont nous avions besoin pour surmonter, entre autres, les problèmes financiers les plus pressants de notre Organisation dans les deux à trois années à venir », a souligné le Directeur général de la CPS, M. Colin Tukuitonga, lors de la clôture de la quarante-sixième session du Comité des représentants des gouvernements et administrations (CRGA 46).

Les fonctionnaires de 21 États et Territoires insulaires océaniens membres de la Communauté du Pacifique et les représentants de 10 partenaires du développement ont participé à la réunion qui s’est tenue à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) du 28 au 30 juin.

Les membres du CRGA ont, entre autres, approuvé la proposition du Secrétariat d’élaborer et d’appliquer une stratégie de financement durable, prévoyant notamment des dispositifs de recouvrement des coûts et de hiérarchisation des priorités, au cours de trois cycles budgétaires, la réalisation d’une étude sur la monnaie fonctionnelle qui conviendrait le mieux à la CPS (actuellement le franc Pacifique), ainsi qu’une étude des redevances administratives facturées par le Secrétariat, en vue de refléter les coûts réels.

Le Rapport de résultats 2015 de la Communauté du Pacifique et le Cadre de résultats stratégiques 2016-2020 de l’Organisation ont été adoptés.

« Comme beaucoup d’organisations internationales œuvrant pour le développement, la CPS se trouve à une croisée des chemins, d’autant que le climat actuel impose une refonte de ses modalités de fonctionnement et de financement, et il était essentiel que les membres s’accordent sur les priorités devant guider l’action de la CPS, y compris les éventuelles interventions menées en réponse aux demandes d’assistance qui lui sont adressées par les membres frappés par des catastrophes », a précisé M. Tukuitonga.

Le Secrétariat général du Forum des Îles du Pacifique (FIP) et le Secrétariat de la Communauté du Pacifique ont conjointement fait le point sur la participation du Conseil des organisations régionales du Pacifique (CORP) à la mise en œuvre du Cadre pour le régionalisme dans le Pacifique.

Les membres ont également été informés de la teneur de la stratégie pour les petits États insulaires 2016-2020, adoptée au début du mois de juin par les chefs d’État et de gouvernement des petits États insulaires membres du FIP.

Cette nouvelle stratégie définit les domaines jugés prioritaires à l’échelon régional par les petits États insulaires : le changement climatique, l’emploi, la santé – et en particulier, la mise en œuvre de la Feuille de route régionale relative aux maladies non transmissibles –, la pêche, et les transports aériens et maritimes, domaines qui seront inscrits aux plans d’activité des programmes de la CPS.

Désormais, dans ses rapports annuels de résultats, la CPS fera de cette nouvelle stratégie une question prioritaire au même titre que le genre ou la jeunesse.

Tous se sont accordés pour dire que les membres et le Secrétariat de la CPS devaient s’associer aux travaux du comité de pilotage mixte de l’étude sur les dispositifs régionaux de financement et de gouvernance, en réponse à la demande formulée l’année dernière par les chefs d’État et de gouvernement du FIP.

Le comité, composé des présidents des organes directeurs des organisations membres du CORP, tiendra sa première réunion du 20 au 21 juillet 2016 à Suva (Fidji).

Le CRGA a également donné pour instruction à la Communauté du Pacifique de contribuer au recueil des données nécessaires à cette étude, ainsi qu’au dialogue régional qui s’ensuivra, en qualité de membre d’un groupe de référence réunissant les directeurs des organisations membres du CORP.

De surcroît, le CRGA a approuvé la conception et la mise en place d’un Système Développement et Performance propre à la CPS qui sera créé en concertation avec le personnel. Il a également demandé qu’un rapport coécrit par les comités des représentants du personnel soit inclus dans les informations communiquées régulièrement par la haute direction au CRGA sur les questions importantes touchant au personnel.

Les membres ont reconnu que la prise en compte systématique des problématiques jeunesse dans le portefeuille élargi et les modalités d’exécution des programmes de la CPS était aujourd’hui une priorité, et a demandé qu’une entité centrale, éventuellement le Conseil de la jeunesse du Pacifique, soit chargée de suivre les retombées de cette prise en compte systématique dans la région.

Les membres ont également invité instamment le Secrétariat à intégrer pleinement l’agriculture biologique dans les stratégies pertinentes et sont convenus que les moyens d’assurer le financement durable d’un programme dédié à l’agriculture biologique au sein de la CPS devraient être explorés.

Dans le cadre de l’engagement pris par la CPS en faveur de la durabilité environnementale, un dispositif volontaire de compensation des émissions de carbone a été inauguré à l’occasion de ce CRGA et a permis de récolter la somme de 55 000 francs CFP.

L’association Mocamana, qui œuvre en faveur du reboisement en Nouvelle-Calédonie, plantera quelque 10 500 arbres afin de revégétaliser toute une zone de forêt naturelle sèche de Nouvelle-Calédonie, ce qui permettra de compenser les émissions carbone du voyage des participants.

Le relevé de conclusions du CRGA 46 ainsi que d’autres documents y afférents peuvent être consultés sur le lien suivant : site Web de la CPS.

La quarante-septième session du CRGA et la dixième Conférence de la Communauté du Pacifique se tiendront à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) en 2017, année qui marquera le soixante-dixième anniversaire de la Communauté du Pacifique. Les réunions devraient se dérouler du 24 au 28 juillet 2017.

Contact média :
Jean-Noël Royer, Chargé de communication, [email protected], +687 87 70 63

Lien utile :
Point de vue des membres sur la formation à la gouvernance

À propos du CRGA 46 :

La session était présidée par la Nouvelle-Calédonie, assistée à la vice-présidence par la Nouvelle-Zélande. Parmi les participants, on comptait des représentants des pays membres de la CPS indiqués ci-après : Australie, Îles Cook, États-Unis d’Amérique, Fidji, France, Guam, Kiribati, Îles Marshall, États fédérés de Micronésie, Nauru, Niue, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande, Palau, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Polynésie française, Îles Salomon, Samoa, Tonga, Tuvalu et Vanuatu.

Étaient aussi présents des observateurs, dont l’Agence des pêches du Forum des Îles du Pacifique (FFA), le bureau de l’UNICEF pour le Pacifique, le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS), la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), le Groupe du fer de lance mélanésien (GFLM), l’Institut coréen des sciences et techniques océanographiques (KIOST), la National Youth Development Authority (NYDA), le Secrétariat du Programme régional océanien de l’environnement (PROE), le Secrétariat général du Forum des Îles du Pacifique (FIP) et l’Union européenne.

0

Categories

Auteur