L’Océanie intensifie la collaboration pour améliorer la science des inondations et de la sécheresse

Honiara

Il est essentiel de collaborer à l’échelon régional pour gérer les impacts de la sécheresse et des inondations dans le Pacifique.
Telle a été la conclusion de la quatrième réunion du Conseil météorologique du Pacifique (CMP-4) cette semaine, et les participants ont fait un pas vers une meilleure gestion des inondations et de la sécheresse en créant un groupe régional d’experts de l’hydrologie.

L’hydrologie est la science qui s’intéresse au comportement et aux mouvements de l’eau douce, et il est essentiel de comprendre les processus hydrologiques pour gérer la sécheresse et les inondations, dont les impacts se font régulièrement sentir sur la santé et les moyens de subsistance des communautés océaniennes.

Réunis pour cette quatrième conférence à Honiara (Îles Salomon), les directeurs des services météorologiques nationaux des pays océaniens ont examiné un document traitant de cette problématique, conjointement élaboré par la Communauté du Pacifique (CPS), le Secrétariat du Programme océanien de l’environnement (PROE) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Espen Ronneberg (PROE) et Peter Sinclair (CPS) ont présenté un exposé sur la difficulté de préserver l’efficacité des services hydrologiques de la région, et sur les avantages de la mise en œuvre d’une approche collaborative par la création d’un groupe régional d’experts spécialistes de l’hydrologie sous l’égide du CMP.

« Les Services hydrologiques des États et Territoires insulaires océaniens continuent de bénéficier d’un soutien apporté par le truchement de programmes nationaux, régionaux et internationaux, mais ils ont besoin d’un appui plus soutenu », a déclaré M. Ronneberg.

M. Sinclair a fait observer qu’il existe une relation étroite entre l’hydrologie et la météorologie, et qu’améliorer la coordination et la collaboration entre ces deux secteurs serait bénéfique. « Une collaboration plus étroite doit s’instaurer entre les hydrologues et les météorologues pour appuyer les efforts des pays océaniens en matière d’adaptation au changement climatique et de réduction des risques de catastrophe » a-t-il dit. « Cette collaboration est particulièrement importante pour le développement de meilleurs systèmes d’alerte et de gestion des inondations et de la sécheresse ».

Mulipola Tainau Ausetalia Titimaea, Directeur général adjoint du Service météorologique du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement samoan, s’est félicité de l’aval du CMP concernant la création du groupe d’experts. « Outre les conseils et les orientations qu’il peut fournir à la CMP, ce groupe est nécessaire pour aider au développement de nouveaux programmes et de nouvelles initiatives visant à satisfaire les besoins de capacité des services hydrologiques du Pacifique », a-t-il commenté.

La mise en œuvre de cette approche collaborative pour répondre aux besoins de capacité des États et Territoires insulaires océaniens intervient après la signature, le 27 juillet dernier, par la CPS et le PROE d’un protocole d’entente destiné à renforcer leur collaboration au service d’un développement résilient et durable dans la région du Pacifique.

La quatrième réunion du Conseil météorologique du Pacifique s’est tenue à Honiara (Îles Salomon) du 14 au 17 août. Elle était coorganisée par l’Australie, par l’intermédiaire du Programme océanien de soutien climat et océans (COSPPac) et du Programme australien des sciences du changement climatique et de la planification de l’adaptation dans le Pacifique (PACCSAP), la Finlande, l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère des États-Unis NOAA) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) par l’intermédiaire du Projet pour la résilience du Pacifique (PEID).

La deuxième réunion des ministres de la Météorologie s’est ensuite tenue le 18 août.

Contact médias :

Dave Hebblethwaite, Coordonnateur pour la sécurité hydrique et la gouvernance de l’eau, [email protected] ou +679 998 30 59

Peter Sinclair, Coordonnateur du suivi et de l’évaluation des ressources hydriques, [email protected] ou +679 992 21 13

Azarel M Maiai, Chargée du renforcement des capacités du COSPPac au PROE, [email protected] ou +685 21929 poste 300

0

Auteur