L’Australie, membre fondateur et partenaire du développement de la CPS

Nouméa

Cette semaine, je me suis rendu à Canberra pour une réunion de haut niveau avec les hauts représentants du ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT). Au cours de cette réunion, j’ai eu le plaisir de rencontrer Mme Julie Bishop, ministre des Affaires étrangères et du Commerce. Ensemble, nous avons signé un nouveau partenariat stratégique entre la Communauté du Pacifique (CPS) et le Gouvernement australien, partenariat qui constitue un accord important pour les deux parties.

L’objectif de ce partenariat est de consolider les efforts fournis par la CPS et le Gouvernement australien afin de répondre aux enjeux de développement de la région de manière stratégique et planifiée, et non plus grâce à des accords à court terme portant sur des projets précis. Il permet également de mettre l’accent sur l’obtention de résultats plutôt que d’axer la relation sur les transactions. L’évaluation indépendante du partenariat réalisée en 2016 a montré que ce nouvel accord apportait des améliorations et des avantages concrets.

Nous étions également très heureux de signer un accord de financement distinct en vue du renforcement des systèmes de gestion de la CPS, à l’appui du programme de réformes et de la transformation de l’Organisation.

Au milieu de ces importantes discussions, nous avons également pu célébrer le soixante-dixième anniversaire de la CPS en partageant un gâteau avec le personnel et les amis de la DFAT. Il faut rappeler que Canberra est la ville où a été fondée la CPS en 1947. C’est d’ailleurs la Convention de Canberra qui régit notre fonctionnement en tant qu’organisation internationale. L’Australie est un membre fondateur de la CPS, et c’est aussi notre principal bailleur de fonds. Son soutien est essentiel au travail que nous effectuons en faveur des membres insulaires et aux côtés de ces derniers.

J’ai également eu l’occasion de rencontrer le directeur ainsi qu’une partie du personnel du Centre australien pour la recherche agricole internationale (ACIAR). Au travers de leur relation solide, l’ACIAR et la CPS soutiennent les activités du secteur agricole et de la pêche côtière dans la région. L’ACIAR est présent à l’échelon international, et nous pouvons bénéficier de l’expérience et des connaissances qu’il a acquises dans d’autres régions du monde. Nous nous employons à renforcer ce partenariat grâce à des financements supplémentaires alloués par l’ACIAR.

Dans l’ensemble, ces quelques jours passés auprès d’un des membres fondateurs et d’un partenaire de longue date de la CPS se sont révélés enrichissants et constructifs.

0

Categories

Countries

Auteur