DevPolicyBlog : le diabète demeure un défi sanitaire de taille en Océanie

Canberra

Participants au Sommet océanien sur les MNT, organisé conjointement par le Royaume des Tonga et la CPS, au mois de juin 2016.

Je remercie le Centre de politique du développement de l’Université nationale d’Australie à Canberra qui a publié le billet que j’ai préparé au sujet de l’un des plus grands défis que rencontre notre région, à savoir les maladies non transmissibles (MNT).

Vous en trouverez ci-dessous un court extrait. Veuillez consulter le site du DevPolicy Blog pour lire l’article dans son ensemble.

Une récente étude a répertorié des erreurs méthodologiques dans les enquêtes réalisées dans certains pays insulaires océaniens à l’aide de l’approche STEPwise de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour la surveillance des maladies non transmissibles (STEPS). Cette étude est publiée dans le Journal of Diabetes et résumée dans ce billet du DevPolicyBlog.

C’est la méthode utilisée pour tester le taux de glucose dans le sang pour le diabète de type 2 qui a provoqué l’erreur. En effet, lors des premières enquêtes STEPS réalisées aux Fidji, au Samoa et aux Tonga entre 2002 et 2004, les lecteurs de glycémie mesuraient la glycémie dans le sang total alors que pour les suivantes, menées entre 2011 et 2013, les lecteurs de glycémie faisaient état de la glycémie plasmatique. Cependant, les chercheurs ont constaté que lorsque l’OMS a analysé le résultat des enquêtes les plus récentes, elle a utilisé comme valeur seuil la glycémie mesurée dans le sang total (6,1 mmol/L) alors qu’elle aurait dû prendre la glycémie plasmatique (7,0 mmol/L). Lors de la deuxième analyse des données, les seuils corrects ont été appliqués et les taux de diabète se sont révélés inférieurs à la mesure précédente.

Pour en savoir plus, consultez le site : devpolicy.org/diabetes-remains-major-health-challenge-pacific-20161026 (en anglais seulement).

0

Categories

Auteur