Using technology to improve the coastal fishery data collection in Wallis and Futuna

Mata-Utu

(disponible en français uniquement)

Utiliser la technologie pour améliorer la collecte des données de pêche côtière à Wallis et Futuna

Les agents techniques du département de pêche et les pêcheurs de Wallis et Futuna bénéficient depuis la semaine dernière d’une formation à l’utilisation d’une nouvelle technologie pour collecter les données de pêche côtière par les scientifiques de la Communauté du Pacifique (CPS). Les applications appelées TAILS et IKASAVEA permettent aux agents des pêches d’enregistrer les informations de débarquement sur tablette de manière simplifiée qui seront automatiquement enregistrés au niveau du territoire.

Les pêches côtières, constituées de la pêche de subsistance, artisanale et commerciale, de l’aquaculture et de la mariculture, représentent le secteur le plus important pour les économies des pays océaniens. L’absence ou l’insuffisance d’informations rend difficilement visible l’importance économique de ces activités de pêche, leur contribution à la subsistance de la population locale et la nécessité de les gérer. A Wallis et Futuna, l’évaluation des captures est complexe en raison de la grande variété des pratiques et techniques de pêche ; de la diversité des ressources pêchées et des typologies de pêcheurs ; de la dispersion des zones de pêche et de débarquements ; de l’irrégularité des activités dans le temps ; de la diversité dans la destination des captures.

« Actuellement, seules les captures des pêcheurs bénéficiant de l’aide au carburant font l’objet d’un suivi déclaratif composé d’une fiche de pêche recoupé par les documents commerciaux » déclare Bruno Mugneret de Wallis et Futuna. « Grâce à l’un des nouveaux outils qui a déjà été expérimenté dans d’autres pays du Pacifique depuis trois ans, nous allons pouvoir obtenir davantage d’informations sur les captures et mettre en place des systèmes d’alertes par espèce qui devraient permettre d’améliorer la gestion des ressources marines » continue-t-il.

Vers une simplification de la collecte de données :

Le Programme pêche côtière de la CPS a tenté de simplifier le niveau de données essentielles requises pour évaluer l’état des stocks halieutiques côtiers et de réduire le temps de manipulation sur le terrain.

« La taille (longueur) par espèce est considérée comme une donnée essentielle parmi les plus informatives qu’il est possible de collecter à l’échelle de la région à long terme. » explique Pauline Bosserelle de la CPS.  « Les données de tailles sont également complétées par l’effort de pêche et la composition des captures pour lesquelles il existe des références historiques. » Rajoute Baptiste Jaugeon, animateur territorial pêche côtière et aquaculture PROTEGE de Wallis et Futuna.

Cette collecte de donnée s’inscrit par ailleurs dans le cadre de la mise en place d’un observatoire des pêches à Wallis et Futuna, une activité inscrite dans le cadre du projet PROTEGE.

Contact média:
Toky Rasoloarimanana, Chargée de communication, Division Pêche, aquaculture et écosystèmes marins, Communauté du Pacifique (CPS) | [email protected] ou mobile : +687 89 93 94
Bruno Mugneret, Ingénieur halieute, Service de la pêche, DSA Wallis et Futuna | [email protected] ou mobile : +681 72 26 06

0

Author